Home Qu'est-ce qu'être spirite ?

Faire un don

 

  • Notre budget total est d'environ 1200€ par mois pour payer le
    loyer, les charges et l'assurance.
    Il arrive régulièrement que nous ayons d'importantes difficultés à rassembler cette somme. Tous les travailleurs sont bénévoles et une grande partie des cotisations viennent de leur part. Les dons et les cotisations représentent 82%
    de l'argent que nous recevons, le snack 13% et la bibliothèque 5%.
  • Plus d’info à la bibliothèque,
    à la réception du centre, via
    mail (cesakbruxelles@gmail.com)
    ou par téléphone 0491 / 749 234
Conférence "Qu'est-ce qu'être spirite ?" sur Internet Imprimer Envoyer

Conférence réalisé à Bruxelles le 28 Avril 2010 au Centre d'études Spirites Allan Kardec de Bruxelles par Dr Andrei Moreira.

Le spiritisme est une philosophie qui ne limite pas les libertés des gens. Elle promeut l'expansion de la conscience de tous les enfants de Dieu qui souhaitent évoluer en assumant l'utilisation responsable et consciente de leur liberté d'esprit immortel.

Vous pouvez regarder la conférence en cliquant ici.

 

 

 

 

Être spirite ne veut pas dire être un religieux religieux ; c'est être chrétien.

Être spirite ne veut pas dire être un religieux ; c'est être chrétien.

Ce n'est pas exhiber une croyance ; c'est vivre intensément la foi sincère.

Ce n'est pas avoir une religion spéciale ; c'est une grave responsabilité

Ce n'est pas dépasser son prochain ; c'est se dépasser soi-même.

Ce n'est pas construire des temples de pierre ; c'est transformer son cœur en un temple éternel.

Être spirite n'est pas seulement accepter la réincarnation ; c'est la comprendre comme une manifestation de la Justice Divine et un chemin naturel vers la perfection.

Ce n'est pas seulement se communiquer avec les Esprits, parce que tous indistinctement se communiquent, même sans le savoir ; c'est se communiquer avec les bons Esprits pour s'améliorer et aider les autres à s'améliorer aussi.

Être spirite n'est pas seulement consommer les œuvres spirites pour obtenir connaissance et culture ; c'est transformer les livres, les messages, en des leçons vivantes pour le changement de soi-même.

« Être » sans « vivre » c’est la même chose que « dire » sans « faire ».

Être spirite n'est pas s'interner dans le Centre Spirite, en fuyant le monde pour ne pas subir la tentation ; c'est coexister avec toutes les situations à l’extérieur du centre, sans se modifier comme spirite, comme chrétien.

Le spirite conscient est spirite dans le temple, à la maison, sur la rue, au trafic, dans une file, au téléphone, seul ou au milieu de la foule, dans la joie et dans la douleur, dans la santé et dans la maladie.

Être spirite n'est pas être différent ; c'est être exactement égal à tous, parce que tous sont égaux devant Dieu.

Ce n'est pas se montrer « bon » ; c'est se prouver à soi-même ses efforts pour être bon, parce qu'être bon doit être un état normal de tout homme conscient.

Ce qui n’est pas normal, c'est de ne pas être bon.

Être spirite ce n'est pas guérir quelqu’un ; c'est contribuer pour que ce quelqu'un travaille sa propre guérison.

Ce n'est pas transformer le malade dans un subordonné des pouvoirs présumés des autres ; c'est lui apprendre à faire confiance aux pouvoirs de Dieu et à ses propres forces qui sont dans sa volonté sincère et persévérante.

Être spirite n'est pas se consoler à recevoir ; c'est être heureux à donner, parce que par les lois naturelles de la vie, « est plus heureux celui qui donne que celui qui reçoit ».

Ce n'est pas attendre que Dieu descende jusqu'où nous sommes ; c'est monter à la rencontre de Dieu, en s'élevant moralement et en s'efforçant pour s’améliorer toujours.

C'est ça être spirite.

Avec la bénédiction de Jésus, notre Maître.

Extrait du Livre: « Apprendre à faire face aux crises » – Wanderley Pereira

Enregistrer